1998 - 2000..PETITS CIELS PORTABLES
. . . . .


... Ce sont les petites fables du rayon vert et de l'aérolithe.
Allez donc savoir pourquoi j'ai eu soudain envie de raconter des histoires de ciel ? une suite d'histoires de ciel ?. Mais pourquoi donc des ciels que l'on puisse emporter avec soi ?. A y bien réfléchir, il me vient à l'esprit que mon vieil ami le peintre surréaliste Jacques Hérold, fervent adepte des relations épistolaires, prétendait avec un certain mépris et un soupçon d'ironie, que "téléphoner revenait à envoyer un nuage par la poste". Ce serait peut-être là un semblant d'explication... mais qu'eut-il pensé du "portable" qui a pris insidieusement possession de notre vie, ne la rendant pas plus poétiquement nuageuse pour autant. Ainsi, peut-être sont nés à mon insu ces petits ciels portables, portables comme les téléphones. Oh ! vous savez ce sont juste des fragments célestes, de ceux que l'on peut placer à sa guise sur un coin de meuble, presque des ciels de poche, à la manière de ceux que Brassens eût pu cacher sous un parapluie comme "un coin de paradis"




La lune noire, 44 x 32 x 9
Page d'accueil
Page suivante